sculpture-amulettes-feliciano-pop

Rencontre avec Feliciano Pop

Sculpteur autodidacte inspiré par le divin, Feliciano Pop porte fort bien son nom, car il est aussi joyeux que son œuvre est populaire. J’ajouterais sincère, attachant et surdoué. On est heureux de l’avoir rencontré lors de notre séjour à San Pedro la Laguna, Guatemala.


On a d’abord rencontré deux de ses sculptures de pierre dans une petite galerie d’art, près de l’église. Le propriétaire nous explique comment trouver l’artiste, à quelques rues de là. Entrant dans une petite cour, on nous indique l’atelier : une maison rudimentaire en pierre et terre battue. C’est là que Monsieur Pop nous accueille chaleureusement. La pièce unique dispose d’un lit, d’une petite table de travail et d’étagères de bois où s’alignent serrées sculptures et amulettes.


Pop sculpture

C’est dans les reliefs volcaniques alentours que Feliciano vient chercher sa matière première, une roche légère et facile à travailler, parfois sculptée sur toutes ses faces. La forme de la pierre inspire le sujet, et certaines idées lui apparaissent en rêve, ou soufflées par Dieu lui même. Figures humaines ou animales, personnages bibliques ou politiques, bancs, églises, meules à maïs, chaque pièce est une merveille, à la fois simple et juste.

« Avec l’argent gagné, Feliciano va acheter des fleurs et des cierges pour l’église. » (Oui, Feliciano parle de lui à la 3e personne…)

Si Feliciano est un fervent catholique, il est aussi un excellent représentant de l’héritage maya. Comme tous les gens d’ici, il a appris la langue tz’utujil avant l’espagnol, et s’inquiète de la disparition de cette précieuse culture locale. Le costume typique de San Pedro est très important à ses yeux, le porter c’est revendiquer son identité et être reconnu n’importe où dans le monde comme dans le village voisin.

Et nous, bien sûr, on a fondu pour deux petits spécimens à emporter avec nous, capturant avec un peu de la magie de Feliciano. En recevant les billets, il souffle dessus : « il y a deux façons d’utiliser l’argent, la bonne et la mauvaise. En soufflant dessus, Feliciano fait fuir le diable ». ll est si passionné qu’il a voulu nous offrir deux autres sculptures. Le drame est qu’on a du décliner le cadeau faute d’espace dans nos bagages.


La vidéo du jour

Pour en savoir plus sur Don Pop, vous pouvez visionner cette précieuse entrevue (en tz’utujil sous-titré espagnol, héhé) où il raconte son enfance, la vie simple entre lac et volcans et sa drôle de carrière politique. A 85 ans bien passés, il paraît inlassable, et on espère qu’il continuera encore longtemps à enchanter San Pedro.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s