san-agustin-etla-vista-hermosa

Papiers s’il vous plaît !


J’en ai rêvé, le Mexique l’a fait : découvrir les secrets de la fabrication du papier. San Agustin Etla, petite ville tranquille aux abords de Oaxaca, abrite un fameux atelier.

Mi casa es tu casa

Direction Etla, où des taxis vous emmènent pour moins cher qu’un ticket de métro. Après l’agitation de Oaxaca, les rues calmes et les montagnes verdoyantes nous accueillent agréablement. Là bas, les gens nous indiquent la CASA, casa de las artes de San Agustin, encore un projet orchestré par le fameux peintre Francisco Toledo. Le superbe bâtiment était autrefois une usine de production textile, Vista Hermosa. Après des années d’abandon, la voilà réinventée sous la forme d’un centre d’arts, tourné vers l’écologie.

A l’intérieur, d’immenses pièces couvertes de parquet, dehors des terrasses, des bassins et de l’eau qui court partout. En effet, l’eau n’est pas une denrée rare à San Agustin Etla, la ville et ses montagnes servant de réservoir à la commune de Oaxaca. Sa présence explique aussi le développement de deux usines textiles, désormais fermées, l’eau étant consommée en masse pour le traitement du coton.

Pendant notre visite, seulement une courte expo dans le kiosque à l’entrée : une sélection de pièces contemporaines sur le thème du rebozo, traditionnel foulard mexicain. Toutes les valeurs de la CASA sont alors réunies : nature, tradition et création.

Voyant des gens s’affairer dans un atelier, nous en avons poussé la porte. Nous arrivions en plein stage de gravure. Là aussi l’accent était mis sur les encres et techniques les moins polluantes possibles.

En sortant de la CASA, poursuivez en contrebas pour découvrir l’atelier de fabrication de papier, petit bâtiment ouvert sur l’extérieur, caché dans la végétation. Ici il fait toujours frais. Cette première visite m’ayant convaincue, je demande à y faire un stage. Banco ! Je commence le lundi suivant pour une semaine de pratique.


les petits papiers

Tous les jours, de 9h à 15h, j’ai pu apprendre les bases en la joyeuse compagnie de Enrique et Raimundo. Ici, on utilise les fibres locales : les cotons du coyuche et du pochote (plus connu au Guatemala sous le nom de ceiba, l’arbre sacré des mayas, rien que ça), les écorces d’arbres, le maïs, le bananier… mais aussi pas mal de coton industriel, produit dans le nord du pays. Moins naturel, il est souvent indispensable en mélange avec d’autres fibres. L’eau, utilisée en quantité, est directement disponible, et filtrée avant de retourner dans le ruisseau.

Supervisée par Maestro Enrique, j’ai pu expérimenter moult techniques. Feuilles de papier au tamis, empreintes (petate, toile de jute, feuilles), inclusions de fleurs séchées, volumes en pâte à papier ou en papel-barro (50% coton 50% argile)… Résultat, de magnifiques feuilles artisanales, texturées et aux bords irréguliers et toutes sortes d’essais. En une semaine, je suis loin de maîtriser les techniques, mais l’envie de continuer cette pratique s’installe.

Dans l’atelier voisin, les femmes s’affairent à fabriquer bijoux et carnets à partir du précieux papier. Evelina m’a d’ailleurs aidée à assembler mes feuilles sous forme de cahier. Quelle fierté !

Si vous passez par là, l’équipe sera ravie de tout vous expliquer. Vous pourrez aussi vous offrir du papier ou des objets à la boutique pour pas bien cher. Et surtout : passez leur le bonjour de ma part 🙂


Pendant ce temps là…

Pendant ce temps là, Mathieu a vécu tranquillement au rythme de San Agustin, avec ses échoppes, ses comedors et ses promenades dans la montagne. Nous avons loué une petite maison pour toute la semaine, de quoi poser les sacs à dos et se sentir bien chez nous.

C’était le premier de nos séjours à la campagne durant ce voyage. Par la suite, ils se sont avérés être nos moments préférés… San Agustin Etla vaut vraiment le détour.


Le saviez-vous ?

De retour à Oaxaca, en fouinant à la bibliothèque du IAGO, j’en ai appris plus sur le papier.

Avant que le papier « à la chinoise », soit à base de pulpe passée au tamis, ne fasse le tour du monde, les mexicains produisaient déjà du papier, et pas n’importe lequel. Développé par les mayas, puis perfectionné par les aztèques, le papel amatl faisait fureur avant la conquête, fabriqué à partir de l’écorce du figuier du même nom. Bouilli, battu puis assemblé sous formes de feuilles ou de rouleau, la technique se rapproche de celle du papyrus.

Il servait de base aux codex, à des vêtements de cérémonie et à des offrandes aux dieux et empereurs. Bref, un produit de luxe aux vertus magiques, un objet de pouvoir. Si bien qu’il fut interdit par les conquistadores.

Seul un peuple des environs de Mexico continua en secret sa production. Ainsi fut perpétuée la création de figurines de papier, aux pouvoirs surnaturels, puis une production de peintures folkloriques à l’adresse des touristes. A découvrir de plus près lors d’un prochain voyage !

Publicités

3 réflexions sur “Papiers s’il vous plaît !

  1. Florence dit :

    Comme d’habitude, mais ce sont de bonnes habitudes, ça donne envie. J’aime beaucoup ces figurines à touristes et que j’ai hâte de toucher ces morceaux de papiers inconnus. Merci les amis pour cet enchantement. Amusez vous encore, comme vous nous le faites partager, c’est encore meilleur ( pour nous pauvres GrandsParisiens).

    J'aime

  2. Mademoiselle Bambelle dit :

    Je découvre ton blog et cet article grâce à Flow Magazine avec grand plaisir!
    J’ai envie d’en lire plus (je vais explorer ton blog au cours des prochains jours, sois en sûre 😉 )
    Et au passage, tes photos sont vraiment magnifiques, bravo, continue comme ça!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s