orange oaxaca

de retour à Oaxaca


Nous avions juré d’y retourner : promesse tenue ! Après un premier coup de coeur en 2014, nous avons d’avantage pris le temps d’explorer cette ville à haute teneur culturelle. Sans trop de risques, on a retrouvé tous les ingrédients qui nous avaient plu. Un assortiment de façades colorées, d’architecture coloniale harmonieuse, de gastronomie, d’artisanat, d’expositions à tous les coins de rues, et d’une forte identité indienne.

En plein coeur de la ville, la cathédrale et le zocalo, place principale arborée avec ses nuages de ballons, ses vendeurs ambulants et ses bals populaires. Au nord, les bâtiments classés, les galeries d’art et résidences plus chics. La moitié sud est résolument commerçante et populaire. Tout autour, les montagnes et vallées composent un décor paisible.

Déjà, il y a deux ans, nous avions sillonné quelques incontournables des alentours : les pyramides zapotèques de Monte Alban, la cascade pétrifiée de Hierve el Agua, la visite à l’arbre de Tule (le plus laaarge du monde), les jolies ruines de Mitla  et les coulisses de la fabrication du mezcal. Cette fois-ci, nous avons pris toute une semaine pour apprécier la richesse culturelle qu’offre la ville. Musées, bibliothèques, ateliers : on ne sait plus où donner de la tête tant il y en a. D’ailleurs, les jeudis et vendredis soirs, profitez des vernissages arrosés au mezcal…

Notre coup de coeur se confirme pour le IAGO, qui ouvre son incroyable bibliothèque d’arts graphiques à qui veut. On a passé quelques heures là-bas à parcourir les livres (du monde entier) ou à profiter du wifi dans le splendide patio.


Oaxa-cacao y mezcalitos

Heureusement, Oaxaca regorge aussi de propositions culinaires, qui font l’orgueil de la région, du tamal à dix pesos dans la rue, aux bars et restaurants trendy de la moitié nord, en passant par les cantines du marché 20 de Noviembre. Plusieurs spécialités oaxaqueñas auxquelles on n’a pas résisté :

  • le chocolat. A boire le matin (à l’eau ou au lait), accompagné d’une brioche, ou à croquer. Ici, il est intense, sucré (on l’a choisi dans sa version pour diabétiques…) et additionné éventuellement d’amande ou de cannelle. Adopté ! Vous le rencontrerez particulièrement dans la rue Mina (tendrement chocolat), où on le torréfie avec amour.
  • le mole. Sauce au cacao et aux épices, hyper onctueuse et qui tient compagnie aux plats de viandes ou omelettes. On le dégustait déjà avant la conquête espagnole ! Moi je l’adore, Mathieu beaucoup moins… N’hésitez pas à nous dire ce que vous en pensez si vous l’avez goûté !
  • le mezcal. Produit exclusivement dans la région, surtout à l’est de la ville. Ce breuvage cousin de la tequila est fabriqué à partir d’agaves cuites dans le sol. On l’apprécie à coups de mezcalitos, petits verres par petits verres.

Tout n’est pas rose dans la ville arc-en-ciel

A plusieurs reprises, nous avons discuté avec des manifestants, campés sur le zocalo. Car si la façade est belle, la ville cache mal ses nombreuses tensions, déjà théâtre d’émeutes en 2006. La ville de Oaxaca est aussi capitale de l’état du même nom, composé des villages et vallées alentours. Les populations locales, de tradition agricole et de langue zapotèque, mixtèque, ou autre, vivent parfois dans le dénuement, tandis que les entreprises étrangères convoitent les richesses du sous sol. Le gouvernement appuie ces dernières tout en taxant fortement le contribuable. De nombreux contestataires ont « disparu », et les manifestants réclament encore leur retour. Nous avons eu les larmes aux yeux en écoutant leurs récits. Pour nous, la richesse de Oaxaca réside précisément dans ses profondes racines indiennes, ses innombrables dialectes et ses savoir-faire uniques. Nous espérons que les dirigeants réaliseront à temps où est le véritable trésor.


NOs bonnes adresses

Hotel Lupita,  Díaz Ordaz 314

L’offre d’hébergement est  foisonnante à Oaxaca. Il y en a pour tous les goûts, toutes les couleurs et à tous les prix. Après quelques comparaisons, nous avons posé nos bagages chez Lupita. Pas cher, très bien tenu, et bien placé, non loin des marchés couverts, c’était parfait.

Trigo Verde, J.P. Gacía 207

Le décor y est un peu froid, mais si vous souhaitez manger local en version végé, vegan ou sans gluten, cette cafet’ sera votre phare dans la nuit.

Le IAGO, face à l’église Santo Domingo

Fondé par l’incontournable peintre Francisco Toledo, déjà à l’origine de nombreux projets à Oaxaca et alentours, on adore cet institut des arts graphiques. Mais également le musée d’art contemporain (MACO), le musée des peintres oaxaqueños (MUPO), le musée des textiles et la fondation Harp Helu, tous merveilleux, proches du centre, gratuits ou pas chers. Pour les ateliers d’art graphique et les petites galeries indépendantes, rendez-vous dans la zone sud-est (répertoriés sur le plan Arte Walk Oaxaca ).


L’ambiance du jour

Faufilez-vous avec nous dans les allées du mercado 20 de Noviembre…

J’espère qu’on vous a donné envie de découvrir Oaxaca. Nous on y retournerait bien une troisième fois…

Publicités

4 réflexions sur “de retour à Oaxaca

  1. Florence dit :

    Les amis, je ne sais que dire, à chaque endroit, j’ai envie de m’installer pour la vie entière, mais là, Oaxaca, c’est le pompon! Si j’osai, je réclamerai des photos du musée textile qui me fait bigrement envie, mais j’ai qu’à y aller après tout. Vivement la soirée diapo à Choisy.

    J'aime

    • Cam dit :

      Le pompon ! Ce mot ne peut-être choisi au hasard 😉 La prochaine fois, on y retournera ensemble avec un projet textile sous le bras ! J’essaierai de poster quelques images du musée ici ou sur facebook… Mais comme tu dis, on a de la diapo en stock !

      J'aime

  2. Solange Villedieu dit :

    très intéressant de vs lire , autre regard sur Oaxaca …et pr la richesse de l’international , ai vu 2 fims **** « Criminel  » ( russe ) et « le grand géant timide  » (islandais ) – à voir +++. Demain « Richard III » …Belle suite on the american roads et au plaisir de découvrir , par vos regards , d’autres lieux . Douces bises printanières du Pays d’Auge

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s